Construire un système de santé solide en RDC

Nous étions à Kinshasa ce mardi 29 octobre pour une rencontre avec la presse, organisée par la COFED (organisme qui assure la mise en œuvre des fonds européens de développement) et réunissant les différentes ONG et autres acteurs appuyés par l’Union européenne dans le secteur de la santé. Cette rencontre a été l’occasion de situer l’action d’ULB-Coopération dans un contexte bien plus large et de rappeler son objectif principal : contribuer à la marche de la RDC vers la couverture sanitaire universelle.  

En RDC et dans le secteur santé, l’UE finance et appuie des projets de développement dans le cadre de l’actuel plan national de développement sanitaire (PNDS), allant de 2016 à 2020. Les projets qu’elle finance sont implantés dans sept provinces, couvrant 38 zones de santé et comprenant 10 millions d’habitants. Au total, 4 établissements d’utilité publique (EUP-FASS), 4 ONG et 1 Fédération des centrales pour l’achat de médicaments (FEDECAME) sont soutenus. Au Nord-Kivu, c’est ULB-Coopération qu’elle a choisi d’appuyer depuis plus de deux ans.

Sur le plan sanitaire, les objectifs de l’UE sont d’améliorer l’accès et de renforcer l’offre de soins. Plusieurs leviers sont activés : financement, appui aux autorités, amélioration des infrastructures et des équipements, approvisionnement en médicaments essentiels, formation du personnel de santé… Les indicateurs montrent que, dans les ZS appuyées, l’action des ONG a permis, à titre d’exemples, de réduire considérablement la mortalité maternelle, d’augmenter la couverture vaccinale et le taux d’utilisation des services de santé.

À la suite d’une question posée par un journaliste à propos d’une possible extension géographique de l’appui de l’UE, les représentants de la délégation ont rappelé que l’objectif de l’intervention n’est pas de s’étendre sur tout le territoire mais est plutôt de fournir au gouvernement national des outils, des méthodologies et des compétences qui devront être capitalisés et qui pourront être mis en place dans d’autres provinces. Dans ce contexte, la volonté affichée par la RDC d’emprunter la voie de la couverture sanitaire universelle constitue une belle opportunité. Il faudrait désormais que le gouvernement commence à financer davantage le système de santé et qu’il prenne progressivement le relais de l’Union européenne et des autres bailleurs…

Dans la salle, une vision semblait être partagée par les différents acteurs présents, celle que la RDC dispose d’un système de santé solide qui permette à toute la population de bénéficier de soins de santé accessibles et de qualité.