Une association innovante et fertile, dans un système de santé toujours difficile et complexe

La qualité des soins en RDC constitue un défi majeur, nous le soulignons régulièrement. Dans la région de Kinshasa, une initiative innovante a permis la mise en place d’une nouvelle structure, la Plateforme hospitalière de la RDC (PH-RDC), qui fonctionne depuis maintenant 20 mois. Bref retour sur le succès croissant d’un projet convaincant. 

La PH-RDC est aujourd’hui une association reconnue permettant aux actrices et acteurs du secteur hospitalier de la région de Kinshasa d’échanger sur leurs pratiques respectives, d’initier des projets d’amélioration de la qualité des soins et de décider collégialement du financement de certains d’entre eux, par une évaluation critique entre pairs. 

Dès 2012, le projet qui fonctionnait alors sans structure formelle, a permis aux hôpitaux de se rencontrer dans un cadre favorisant le partage de bonnes pratiques ou les échanges sur les défis quotidiens de leur secteur. Les réunions régulières ont contribué à établir des relations de confiance. De mois en mois, les ateliers d’échange, les séminaires ou les visites organisées ont permis aux personnels des hôpitaux de comprendre l’organisation et les contraintes de leurs institutions sœurs. Instituée en asbl début 2018, la plateforme a depuis lancé cinq appels à «micro-projets».

Chaque appel à projet était concentré sur un sujet précis, ciblant les efforts sur des améliorations concrètes : hygiène hospitalière, réhabilitation d’infrastructures, qualité des soins, gestion, soins pédiatriques. Au total, ce sont 22 microprojets qui ont été financés, à hauteur de 5.000 € chacun, plus une contribution propre des hôpitaux de 10 %.

Les premiers microprojets mis en œuvre concernant le soutien aux soins pédiatriques, la gestion des déchets, la réhabilitation de laboratoire, ont montré que des actions simples, peu onéreuses, concrètes, ont des impacts significatifs pour les patients et pour les hôpitaux. Les résultats obtenus ont été diffusés parmi tous les hôpitaux de la plateforme, pour le bénéfice du plus grand nombre. Ils ont permis aux acteurs de prendre conscience de leur capacité d’action, même dans un contexte de ressources limitées, et d’élargir le champ des actions possibles pour améliorer la qualité des soins.  

Dans les derniers appels à projets, de nouveaux types d’action ont été proposés par les hôpitaux et considérés comme pertinents par leurs pairs. Il s’agit parmi d’autres, des microprojets d’identitovigilance et d’archivage des dossiers patients, implémentés respectivement à la Clinique de Ngaliema et l’Hôpital Militaire Central du Camp Kokolo, pour permettre la diminution des erreurs d’identification de patients et des pertes de dossiers. Ces problèmes d’identification, qui existent dans tous les hôpitaux du monde, sont particulièrement présents en RDC, où les dossiers des patients sont encore très majoritairement sur papier, dans des zones avec énormément de mouvements de population et un état civil incomplet. L’expérience acquise par ces deux institutions sera transmise aux autres membres de la plateforme qui pourront également adopter des processus éprouvés pour leur efficacité et leur coût raisonnable. 

Outre les résultats qui viennent d’être évoqué, l’approche de micro-projets proposée par la plateforme offre également le grand avantage de remettre les équipes hospitalières au centre du processus. Des nouvelles capacités sont acquises tant dans l’identification des problèmes, la recherche de solutions qu’en construction et gestion de projet. Les actions mises en œuvre sont totalement soutenues par les équipes qui s’en approprient aisément les résultats, meilleure garantie de leur pérennité. Enfin, cette capacité de se prendre en charge apporte une motivation et une énergie nouvelle à des équipes souvent emportées par le fatalisme ambiant lié au contexte fragile de la RDC !

Faites un don