Adaptation des projets en santé à Goma, RDC

Notre équipe à Goma gère le projet PADISS, qui propose un appui à différents éléments-clés du système de santé de la province du Nord-Kivu, dont l’hôpital provincial, le nouveau centre de formation clinique, deux centres de santé médicalisés (basés sur le modèle des maisons médicales) ou encore la Division provinciale de la santé. Ces structures et nos équipes qui les accompagnent sont bien évidemment, par leur fonction, en première ligne dans l’organisation de la riposte contre le COVID-19.

Notre coordinateur, le Dr Jean-Bosco Kahindo, participe tous les matins à la réunion de coordination provinciale présidée par le Ministre de la santé et trois fois par semaine à la réunion de coordination de la riposte. Il y a partagé des éléments de riposte élaborés par nos équipes à Goma et à Bruxelles, intégrant les recommandations internationales, notamment celles proposées par les spécialistes de l’ULB. Sur base de l’expérience européenne, des mesures ont été proposées pour ralentir la propagation de l’épidémie et également pour préparer les structures de soins à la prise en charge des malades et à augmenter leur capacité d’accueil.

Une vidéo de sensibilisation de la population a été réalisée (visible ici). Des groupes-relais ainsi que des personnalités connues et respectées capables de diffuser les messages aux communautés sont en cours d’identification. Des protocoles de prise en charge ont été proposés. Une collaboration a été mise en place avec le laboratoire de la Faculté des Sciences de l’Université pour assurer la production, en impression 3D, de visières de protection selon le modèle développé par les ingénieurs de l’ULB. Au niveau du centre de formation, notre équipe s’active aux derniers aménagements pour en faire un lieu de formation modèle répondant aux recommandations de sécurité. Des mesures sont également proposées au niveau de l’hôpital provincial pour augmenter sa capacité d’accueil : organisation de nouveaux espaces, limitation des admissions aux cas les plus graves, réhabilitation du matériel (respirateurs)… Des contacts ont été pris pour doter la province de tests de dépistage rapide. Un plaidoyer est mené auprès des autorités et des bailleurs pour que, durant la période de crise, le financement des structures de soins soit forfaitaire et non plus basé sur le nombre de cas, afin de permettre aux hôpitaux de libérer des lits sans perte de revenus. D’autres idées sont en gestation comme le lancement d’une campagne "un masque pour tout le monde".

Comme partout dans le monde, notre équipe a dû modifier ses habitudes de travail. Conformément aux recommandations de l'Ambassade, les trois expatriées ont malheureusement dû rentrer en Belgique à partir d’où elles tentent, dans la mesure du possible, de poursuivre leur appui à distance. Notre personnel local organise également son travail afin de respecter les mesures d’hygiène requises. L’équipe est divisée en pools qui alternent travail au bureau et télétravail même si cette modalité s’avère compliquée à mettre en œuvre lorsque les familles sont grandes, les écoles fermées, et que l’accès à l’électricité ou à internet n’est pas stable. Un point sécurité et évaluation des activités est réalisé tous les matins entre l’équipe de Goma et le siège.

Après les guerres, les éruptions volcaniques et Ebola, l’Est du Congo ne semble avoir droit à aucun répit. Cette fois, nos amis congolais ne sont pas les seuls touchés par les difficultés mais ils seront encore plus seuls que d’habitude pour surmonter cette nouvelle épreuve. Nous ne pouvons que nous incliner devant leur courage.

______________________

Vidéo de prévention de la propagation du COVID-19

À partager et/ou télécharger !

En français ci-dessous, et en swahili ici.

 

 

Actualités