Évolution de la situation nutritionnelle au Sénégal

Amélioration de la sécurité économique, alimentaire et nutritionnelle par une gestion durable des ressources naturelles

Am Bé Koun-Solidarité (ABK-S), partenaire d’ULB-Coopération au Sénégal, soutient, depuis 2017, 6 Groupements d’Intérêt Économique féminins (GIE), notamment par un projet de sensibilisation nutritionnelle, afin de renforcer l’impact de leurs activités agricoles sur la santé.

Les GIE produisent annuellement plusieurs tonnes de produits sains et contribuent ainsi à la diversification de l’alimentation. En 2017, ABK-S a réalisé un état de la situation nutritionnelle dans les villages ciblés. 44 % des ménages avaient un régime diversifié. Une seconde évaluation, réalisée en septembre 2019, a montré une nette amélioration de ce score. Ainsi, après 3 ans de soutien à la production agricole par ABK-S, 79 % des ménages des GIE ont acquis une diversité alimentaire jugée acceptable.

Si le constat général est positif, les résultats précis indiquent néanmoins des risques de carence en micronutriments et en protéines. Or, ces carences sont porteuses de conséquences néfastes, principalement pour les populations dites vulnérables, les enfants, les mères, les personnes âgées ou malades. ULB-Coopération et les parties prenantes ont ainsi doté le projet originel d’une composante nutritionnelle, afin que les populations adoptent des comportements alimentaires et sanitaires appropriés. Ce résultat sera atteint notamment par des formations proposées aux membres des GIE.

Concrètement, 12 agents relais, membres de ces GIE (un homme et une femme dans chaque GIE) ont été désignés et formés en octobre 2019, en collaboration avec le Centre de la Lutte contre la Malnutrition. Plusieurs thèmes sont abordés, tels que l’alimentation de l’enfant et de la mère pour assurer la bonne croissance et santé de l’enfant, ou la pertinence d’une priorité donnée à la consommation des denrées produites par les GIE. Une sensibilisation aux pratiques d’hygiène est également comprise, pour offrir une réponse intégrée de la nutrition.

Ces activités devraient donc améliorer les pratiques en nutrition des bénéficiaires, de manière durable, permettant à 90 % des ménages de bénéficier activement d’une meilleure diversité alimentaire, d’ici l’année prochaine.

 

Actualités