Micro-Projets pour un impact maximum

Dans un contexte aussi difficile que la République démocratique du Congo (RDC), où l’état est plus prédateur que régulateur, certains choisissent de ne compter que sur eux-mêmes.

Une autre attitude possible est de se rapprocher de ceux qui affrontent les mêmes difficultés, surtout lorsque les moyens disponibles sont limités. C’est ce qu’ont fait une dizaine d’hôpitaux de la RDC. Avec l’appui des ONG Chaine de l’espoir et ULB-Coopération et un financement de la Coopération belge, ils ont pris l’initiative de se rassembler au sein d’une « Plateforme Hospitalière » pour trouver ensemble des réponses à leurs nombreux problèmes.

Cette plateforme, qui a le statut d’ASBL, est gérée par une assemblée générale et un conseil d’administration composés de représentants des différents hôpitaux. Elle propose des espaces d’échange où les professionnels des différentes structures se rencontrent et débattent de leurs problèmes et des solutions qu’ils y ont apporté. La Plateforme Hospitalière organise des formations ouvertes à tous ses membres, sur des thématiques identifiées comme prioritaires. Elle a également mis en place un intéressant système, dit de micro-projets, qui permet d’améliorer progressivement la qualité des soins dans les différents hôpitaux.

Ce système de micro-projets s’amorce par des discussions entre pairs, alimentées par le contenu des formations reçues. Le personnel identifie des mesures simples et peu coûteuses à mettre en place au sein de leur hôpital, qui permettraient une amélioration de la qualité des soins proposés. Un ou deux membres de l’équipe élaborent ensuite un micro-projet décrivant la problématique, la solution proposée et le budget nécessaire (pour l’instant, l’enveloppe maximum est fixée à 8 000 $). Chaque micro-projet est présenté et défendu par un représentant de l’institution devant l’ensemble des membres de la plateforme lors de sessions de présentation. Les projets sont discutés puis évalués. Un classement est réalisé et les meilleurs projets sont financés, jusqu’à épuisement de l’enveloppe disponible.

Cette nouvelle dynamique, très simple, fonctionne au-delà des attentes. Des hôpitaux des 4 coins du pays adhèrent à la plateforme qui compte maintenant une trentaine de structures membres. Les micro-projets, portés du début à la fin par les équipes soignantes, affichent de très hauts taux de réussite, revalorisent le travail des équipes et sont source de motivation. Spontanément, des réflexions sur les possibilités de mutualiser certains investissements ont vu le jour, par exemple concernant l’évacuation des déchets ou les activités de buanderie. Cette nouvelle dynamique, riche d’échanges d’idées et porteuse d’une émulation stimulante, est un résultat au moins aussi important que la belle réussite des micro-projets eux-mêmes, ce qui conforte la pertinence de l’approche.