Urbanisation en Afrique : il y a urgence à adapter le système de soins de santé

L’urbanisation, phénomène mondial croissant, est porteur de défis sanitaires importants pour les pays en développement. D’ici 2050, deux personnes sur trois vivront en zone urbaine, et le manque de gouvernance urbaine, une précarité élevée, les défaillances des systèmes d’assainissement tout comme l’habitat précaire et la promiscuité rendent les services de santé actuels très inadéquats.

Depuis 2017, ULB-Coopération mène plusieurs recherches à Goma (RDC), afin de comprendre la manière de combiner au mieux les besoins de la population urbaine (accessibilités aux soins de santé de base, tarification, etc.) et la qualité de l’offre de soins (personnel qualifié, matériel de qualité, disponibilité des médicaments, etc.). Le parcours chaotique de la patientèle mis en avant dans une de ces études, a prouvé la nécessité de rassembler plusieurs figures médicales dans un même centre de santé, et de garantir ainsi la facilité d’accès, la proximité et la continuité de la relation patient-médecin, ainsi que la qualité de soins.

Récemment, la conférence annuelle de Be-cause Health « Taking the urban turn », a permis de partager les premiers constats d’une recherche-action sur les nouveaux centres de santé médicalisés urbains dans la ville de Goma. Ces centres sont innovants car constitués d’une équipe multidisciplinaire, qui intègre des compétences médicales, infirmières, de kinésithérapie, de santé mentale et d’assistance sociale. L’équipe intégrée preste des soins globaux de proximité à une population qui est inscrite, moyennant un dossier familial prochainement informatisé. Les principaux objectifs de cette recherche-action sont de i) questionner la pertinence du modèle choisi pour répondre aux attentes de la population ; ii) identifier les éléments constitutifs qui contribuent le plus à l’amélioration de la qualité des soins offerts à la patientèle et iii) déterminer l’efficience et la durabilité du modèle proposé.

Les premiers constats sont plutôt positifs. Le point fort des deux centres étudiés est l’accueil, en particulier la disponibilité et la gentillesse des accueillants. Les usagers se disent satisfaits quant à la qualité des soins et de la prise en charge ; ils ont le sentiment que les soignants se soucient réellement d’eux et de leurs problèmes de santé. Ils se sentent rassurés et en confiance. De plus, le système de tarification forfaitaire, qui permet une bonne prévisibilité des coûts, les rassure. En outre, la présence d’un médecin, d’un kinésithérapeute et de l’assistant social est jugée très utile par tous.

L’étude permettra à terme de formuler des recommandations à destination du Ministère de la Santé de la RDC, dans le but de contribuer à la réflexion autour d’un nouveau modèle d’organisation des soins de santé en milieu urbain.