Urgence au Burkina Faso : Appel aux dons

Sécuriser l'accès à l'eau potable pour des milliers de déplacés

L’état d’urgence a été déclaré dans huit régions du Burkina Faso. Un nombre croissant d’attaques à caractère terroriste et communautaire secouent le pays, avec une nette intensification au cours des dernières semaines (attaques armées, kidnappings, actes de violence).

Ces nombreuses agressions provoquent notamment la fuite de populations du Nord et de l’Est du Burkina Faso. La commune de Barsalogho (150 km au nord de Ouagadougou, la capitale) a vu l'installation d'un camp de déplacés, qui ne cesse de s'étendre. Ce cas n'est pas isolé. On déplore aujourd'hui plusieurs milliers de déplacés dans les provinces du Soum et du Sanmatenga. 

Depuis de nombreuses années, nous collaborons avec ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Nos projets se situent notamment dans le district sanitaire qui regroupe les communes rurales de Barsalogho, Dablo, Pensa et Namissiguima. Au cours des 15 dernières années, nous y avons réalisé, avec l'ONG locale Impulsion, un vaste programme d’hydraulique villageoise comprenant des forages neufs (250), des réhabilitations de forages (150) et des adductions d’eau (7). Nous avons également implanté 4 réseaux électriques. L'ONG Impulsion est aujourd'hui le distributeur tant de l’électricité que de l’eau. Actuellement, nous œuvrons à la gestion de ce parc hydraulique de la commune de Barsalogho (120.000 habitants, 1710 km2). L'expertise essentielle d'ULB-Coopération est aujourd'hui la seule présente dans cette zone du Burkina Faso.

Une des conséquences des déplacements de populations est la difficulté de l’approvisionnement en eau potable, à cause de l'augmentation du nombre de personnes sur chaque point d'eau. La zone est sahélienne, l'eau y est un bien précieux. En situation d'urgence, les besoins en eau potable des déplacés ne peuvent être comblés par les points d’eau existants et doivent être satisfaits par des camions-citerne venant des villes de Ouagadougou et de Kaya. De plus, l'arrivée prochaine des chaleurs (45°C) et la difficulté pour les ouvriers en hydraulique de se rendre de manière sécurisée sur leurs lieux de travail mettent en péril les populations en situation déjà très précaire.

C’est dans notre souci de continuité de l’aide au développement, et étant donné l’urgence de la situation, que nous avons déjà consolidé nos actions en réorientant rapidement une partie de nos fonds vers l'augmentation du débit d'une pompe immergée de l'une des adductions de la ville de Barsalogho, et que nous avons accompagné la réhabilitation d'une adduction à Foubé. Ce n'est pas suffisant, nous avons urgemment besoin de fonds pour améliorer le réseau d’approvisionnement en eau dans les zones sujettes au déplacement des populations. C’est pourquoi nous sollicitons votre aide urgente afin de poursuivre de manière efficace nos actions.

Actuellement, les besoins concernent la réparation d'une foreuse (photos ci-dessous) pour permettre de nouveaux forages à plus de 65 m de profondeur. Chaque forage coûte entre 8.000 et 10.000 € et permet d'approvisionner de manière stable et à long terme 500 personnes en eau potable. Des équipes locales compétentes sont présentes sur place, et désirent contribuer utilement à améliorer les conditions de vie des déplacés, dans les plus brefs délais.

Foreuse forages eau potable Forage eau Burkina

Comment aider ?

En effectuant un don sécurisé en ligne sur cette page (module "Faites un don", carte bancontact nécessaire)

En effectuant un virement bancaire sur le compte BE25 7320 4180 0482, avec la communication "Urgence Burkina"

 

Chaque don dès 40 euros est déductible fiscalement. Une attestation vous est automatiquement envoyée durant le mois de mars de l'année suivante. 

Merci de votre soutien !

 

Faites un don