#Let’s Meet ULB : application mobile ludique, visant à favoriser le vivre ensemble entre étudiant·e·s par la déconstruction des stéréotypes avec à la clé, des rencontres improbables

Télécharger ici

Contexte

Le projet, initié en septembre 2016 par L’ONG universitaire ULB-Coopération et Echos Communication, a été mené par un groupe de 9 étudiant·es en sciences de l’informatique dans le cadre d’un projet transdisciplinaire (BA3) et 6 étudiant·es en psychologie sociale et interculturelle.

Les consignes étaient simples, proposer un outil technologique qui améliorerait le vivre ensemble dans la communauté universitaire. L’idée qui a vu le jour au sein du groupe est une application sur smartphone, mettant en contact des personnes de la communauté universitaire en ne dévoilant que certains aspects de leur personnalité.

Vision et objectifs

Le fonctionnement de l’application est très ludique et s’inspire des jeux et réseaux sociaux. De prime abord, il s’agit d’une application grâce à laquelle les participants peuvent rencontrer d’autres membres de la communauté universitaire, gagner des points en faisant des rencontres et évoluer dans un classement bimensuel offrant la possibilité de gagner des bons pour des services allant du petit café sur le campus à l’achat de livres ou syllabus.

L’objectif sous-jacent de l’application est de déconstruire les stéréotypes que nous associons à certains goûts et caractéristiques personnelles… Ces stéréotypes sont parfois responsables d’un cloisonnement au sein de la communauté universitaire, ne favorisant que des rencontres entre personnes du même milieu ou de la même filière d’étude. En amont du jeu, un travail a été mené par les étudiant·e·s en psychologie sociale et interculturelle qui se sont appuyés sur différentes catégories de stéréotypes (stéréotypes de genre, d’âge, de nationalité...) ainsi que sur différentes théories : l’avare cognitif, la théorie du contact…

Fonctionnement de l’application mobile – #Let’s meet ULB

Le jeu débute par l’attribution aléatoire d’un avatar et d’un pseudonyme. Il n’est pas possible de connaître l’âge, le genre ou encore la faculté dans laquelle se trouve l’étudiant·e que nous allons inviter à une rencontre. Les quelques réponses auxquelles nous aurons accès contribueront à nous forger une représentation de cette personne avant de la rencontrer sur le campus. L’idée est alors de confronter l’image que l’on s’est faite de l’autre avec la réalité ! Une démarche de pédagogie active qui s’avère plus efficace qu’une réception passive de messages appelant simplement à "déconstruire des stéréotypes".

TELECHARGER ICI 

Date: 
Jeudi, septembre 13, 2018